Intervention en séance sur l’exploitation de sable coquillier en baie de Lannion

Le mardi 24 janvier, lors des débats sur la réforme du code minier, j’ai pris la parole pour évoquer le dossier de l’extraction de sable en baie de Lannion.

J’ai tenu à rappeler que ce projet avait eu tous les avis positifs de l’administration depuis 2009, et particulièrement entre 2009 et 2013. Cela, malgré une opposition de tous les élus locaux, des pêcheurs, des plaisanciers, de toutes les associations environnementales et d’une majeure partie de la population.

Trois principales raisons ont provoqué ce rejet collectif du projet : l’impact environnemental sur les ressources halieutiques sous-estimé, les conflits d’usage avec d’autres activités économiques non estimés, et une attitude désinvolte voire provocatrice du groupe Roullier. Ce dernier point ayant également été soulevé par Ségolène Royal en début de séance.

Nous avons interpellé de manière régulière tous les ministres en charge du dossier, mais seuls trois d’entre eux ont pris le temps de nous recevoir et de formuler des propositions complémentaires : Ségolène Royal, Emmanuel Macron et Christophe Sirugue. Trois aspects ont été rajoutés : une nouvelle phase de concertation, des arrêtés annuels qui permettent la suspension des extractions et des études complémentaires.

Ce dossier est emblématique et je souhaite qu’à l’avenir un concertation réelle ai lieu en amont, que des études d’impact environnementales réelles et complètes soient réalisées en amont, au même titre que des études socio-économiques normées. Je souhaite une transparence totale de l’administration sur les données qui servent à étayer les dossiers.

Ce dossier me tient à cœur et je continuerai à m’engager pour obtenir un arrêt définitif de l’extraction.

La vidéo de mon intervention :

Réagissez