Langues régionales : encore une occasion manquée !

L’Assemblée nationale a voté le projet de révision constitutionnelle préalable à la ratification du traité de Lisbonne. A cette occasion, Marylise Lebranchu et les députés socialistes bretons ont déposé un amendement pour permettre la ratification par notre pays de la Charte européenne des langues régionales et minoritaires.

Avec nos collègues socialistes bretons, nous avons voté cet amendement ainsi que l’amendement identique déposé par Marc Le Fur. Mais le Gouvernement et l’actuelle majorité n’ont pas accepté ce texte, arguant qu’une disposition ne peut être introduite par voie d’amendement lorsqu’elle est dépourvue de lien avec l’objet du texte déposé sur le bureau de l’assemblée. Nous regrettons qu’une objection de pure forme ait à nouveau porté un coup aux langues régionales.

Nous restons, avec nos collègues, déterminés à voir ratifiée la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, signée par la France le 7 mai 1999.

Toutefois la décision du Conseil constitutionnel n’empêche pas, dans le cadre des principes constitutionnels, de reconnaître aux langues régionales toute leur place dans le patrimoine culturel de la Nation. En signant la Charte, le gouvernement de Lionel Jospin avait marqué concrètement sa volonté de valoriser un patrimoine riche, diversifié et parfois menacé. C’est dans cet esprit qu’il avait légiféré, et dans cet esprit que travaille le Conseil régional de Bretagne, notamment dans les domaines de l’enseignement, des médias et de la culture.

A télécharger

Réagissez