Les emplois d’avenir : une réponse durable à l’urgence sociale

Jeudi 13 septembre 2012, l’Assemblée Nationale a adopté le projet de lois créant les emplois d’avenir.
Ce texte concrétise un engagement fort de François Hollande durant la campagne pour les élections présidentielles vis-à-vis de la jeunesse de notre pays. En effet, les jeunes sont aujourd’hui durement touchés par le chômage (1 jeune sur 4 est inscrit à Pôle Emploi). Cette réalité révèle de plus de profondes inégalités qu’il est urgent de corriger : en 2011, sur 2,8 millions jeunes de 16 à 25 ans, on évaluait à 500 000 le nombre de jeunes sans diplôme qui étaient en même temps sans emploi ou sans formation.
Les 100 000 emplois d’avenir qui seront créés en 2013 (ils seront 150 000 en 2014) s’adresseront donc en priorité à ces jeunes peu ou pas qualifiés ou qui présentent des difficultés d’accès à l’emploi. Les jeunes de 16 à 25 ans qui vivent dans les zones urbaines ou rurales les plus marquées par le chômage auront donc accès à ces contrats à temps plein, tout comme les jeunes diplômés des zones urbaines sensibles qui connaissent eux aussi des difficultés plus grandes d’insertion professionnelle. Ces emplois d’avenir verront leur rémunération démarrer au moins au SMIC, sous forme de CDI ou de CDD de 3 ans.
Ils seront créés dans le secteur non-marchand couvrant des activités d’utilité sociale et offrant des perspectives de croissance et de développement (filières « vertes », secteurs social et médico-social, métiers d’aide aux personnes, etc). Au-delà de l’urgence d’agir sur le phénomène inquiétant du chômage des jeunes, ces emplois constitueront notamment une première expérience professionnelle qualifiante, dans des secteurs d’avenir dont les structures ont-elles aussi besoin de soutien dans cette période difficile, compte tenu de l’importance de leurs activités pour l’avenir de notre pays. Ces emplois bénéficieront ainsi d’une aide d’Etat correspondant à 75% du SMIC.
Après cette mesure d’urgence et de justice, verront le jour avant la fin de l’année 500 000 contrats de génération qui concerneront tous les jeunes et permettront de lier l’embauche d’un jeune dans l’entreprise au maintien d’un emploi sénior.
Grâce à ces dispositifs complémentaires, qui apportent des réponses immédiates et durables, le gouvernement démontre qu’il est pleinement engagé à lutter activement contre le chômage, tout en veillant à apporter des solutions adaptées aux situations les plus critiques, qu’elles touchent les jeunes ou les séniors.

Réagissez