OGM : le Gouvernement tourne le dos aux engagements du Grenelle de l’environnement

Le projet de loi sur les OGM a été adopté en première lecture à l’Assemblée nationale. Mais il l’a été avec la plus courte majorité depuis 2002 (seulement 249 contre 228, alors que le groupe UMP compte 316 membres).

 

Les débats se sont déroulés dans un climat très tendu. Car le texte est lourd d’enjeux : en instaurant la liberté de produire et de consommer « avec ou sans OGM », la loi encadre la coexistence entre les cultures OGM et l’agriculture conventionnelle, la production biologique ou encore l’agriculture bénéficiant d’un signe d’authentification de qualité sous forme d’un label ou d’une appellation d’origine. Or la cloison entre les deux n’est pas étanche, et la dissémination des unes vers les autres risque d’être irréversible.

Nous avons défendu, séance après séance, une position très claire : protection des cultures traditionnelles et biologiques, et recherche publique en toute transparence, seule à même de faire contre-poids aux grands groupes semenciers.

Avec les voix de quelques députés de la majorité, nous avons fait adopter un certain nombre d’amendements dont l’un d’eux, l’amendement 252, constitue une avancée importante. Il précise que les OGM ne peuvent être cultivés, commercialisés ou utilisés que dans le respect de l’environnement et de la santé publique, des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières commerciales qualifiées « sans organisme génétiquement modifié ».

Mais le Premier ministre a annoncé qu’il entendait obtenir la suppression de cet amendement lors du passage du texte en seconde lecture au Sénat. Et la situation de la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, désormais persona non grata à l’Assemblée nationale, privée de voyage officiel au Japon, et obligée de s’excuser publiquement après avoir mis en cause l’engagement de son ministre de tutelle, ne me rassure pas.

C’est pourquoi je vous invite à vous joindre à nous pour défendre cette disposition en signant la pétition sur le site http://amendement252.blogspot.com

Réagissez